Grosse sauterie avec un couple black dingue

J’ai fait des films contre cette censure, contre l’idée qu’il y avait des images interdites”, se souvient la réalisatrice. De 36 fillette (1988) à romance (1999), les films de catherine breillat exposaient désormais le sexe sans fard (masturbation et fellation plein champ), et d’autres initiatives équivalentes allaient bientôt émerger – jusqu’à l’apparition du sexe non simulé avec le coup d’éclat baise-moi de virginie despentes. “tout le monde, dans les années 90, voulait avoir sa bite en érection dans son film.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*