Il fait jouir généreusement sa meuf !

Joumana haddad confiait au figaro, au moment de la sortie de son livre j’ai tué schéhérazade, confession d’une femme arabe en colère, que ses détracteurs « devraient se replonger dans notre passé littéraire, “le jardin parfumé” ou “les mille et une nuits” […] (qui) feraient rougir le plus libéré des occidentaux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*